Brad Gobright Marginal au niveau des élites

Brad Gobright CARRE

Date de naissance : 1988

Décès : 27 novembre 2019 

Lieu de naissance : Orange County, California

Nationalité : Américain

A commencé l’escalade à 8 ans

Disciplines : solo intégral, speed climbing, trad

Mais c’est qui, ce Brad Gobright ? La question s’est beaucoup posée sur le net après la sortie de « Safety Third », le premier film où l’on découvrait ce jeune grimpeur hors-norme. Quand le film a été tourné en 2015, Brad sortait de nulle part et, avec sa frange douteuse et son goût prononcé pour les donuts et autres trucs gras, donnait l’impression de n’avoir pas grand chose pour lui à part son audace, un potentiel certain et une énorme tolérance au risque. Homme de ménage ou serveur, en coloc avec cinq autres types, au volant d’une vieille Honda civic pourrie de 2005, il passait son temps à grimper des blocs et voies extrêmes, avec ou sans corde, avec ou sans crash pad. La parfaite anti-star de la grimpe.

Ses réalisations assez médiatisées des dernières années et sa liste de croix impressionnante font qu’on en sait maintenant un peu plus sur Brad Gobright, et même s’il cultive son style décalé et marginal, il se place, l’air de rien, parmi les grimpeurs plus doués de sa génération. Et avec son petit côté distrait, désordonné et original, pas très pro mais sincère, il a conquis son public.

Même pas peur

Ce que Brad aime, c’est tout ce qui fait peur (aux autres) et qui engage. On parle donc de solo intégral, de big walls impossibles, de trad difficile, et de speed climbing, et pour chaque, au niveau le plus extrême, à laisser perplexe Alex Honnold lui-même.

Grimper six mètres au-dessus d’un coinceur aléatoire ne l’émeut pas plus que ça, et pour lui, le “Nose“ se grimpe en courant et en corde tendue ! Entre 2013 et 2016, quand il passait la saison à Boulder, il grimpait régulièrement en solo intégral les 200 mètres de “Naked Edge“ (5.11c/6c+), la voie la plus célèbre du Colorado, un petit jogging qu’il a fait plus de 25 fois !

Obnubilé par le record de vitesse sur le “Nose“, il a fini par s’y atteler avec Jim Reynolds en octobre 2017, en répétant d’abord 11 fois la voie pour l’apprendre par cœur. Résultat : il empoche le record de vitesse en 2h 19mn 44s (qui lui sera repris par Alex Honnold et Tommy Caldwell en juin 2019 et en 1h 58mn), au prix des techniques extrêmement exposées du speed climbing.

Ce n’est pas comme s’il ne savait pas que c’est dangereux, puisqu’il a déjà eu de grosses frayeurs. Il s’est cassé le dos lors du tournage de « Safety third » (un retour au sol dans une fissure équipée en 8b+), et déjà trois fois la cheville. Mais il s’éclate dans ses projets, terrorisants pour la majorité des grimpeurs « normaux ».

Gobright vs Honnold

Dans son domaine, Alex Honnold lui fait un peu d’ombre, et s’en amuse avec une fausse ironie dans « Safety Third » : « Si je n’existais pas, les gens diraient ‘Oh, c’est le seul type qui grimpe des solos durs comme ça aux Etats-Unis en ce moment, c’est génial !’ Mais pas de bol pour lui, je suis déjà passé par là. Je lui donnerai une paire de chaussons gratuite en lot de compensation !… » Inévitablement, il y a une petite rivalité entre Alex et Brad qui jouent dans la même cour (où pas grand monde ne joue avec eux d’ailleurs). En réalité, ils sont bien potes, depuis longtemps, ils grimpent souvent ensemble et se tirent juste la bourre sur le record de vitesse du “Nose“, comme d’autres sur leur trail du dimanche !

Alors quand deux pointures comme ça font cordée commune, ça met tout de suite la barre très haut. Démonstration en juin 2019, avec la deuxième ascension en libre de “Pineapple Express“ (26 longueurs, 6 entre 7c+ et 8b, et 5 entre 7a+ et 7c) sur El Capitan, une variante deEl Niño“, qu’ils ont réalisée en 14 heures avec un départ à 16h pour grimper toute la nuit.

Malgré son goût très prononcé pour la grimpe à risques, Brad Gobright n’est ni dérangé, ni tête brûlée, et ne laisse finalement rien au hasard : il expliquait ainsi au magazine OutsideOnline en 2015, après avoir soloisé “Hairstyles“ (5.12c/7b+), que le projet l’avait occupé pendant plus d’un an et qu’il s’était préparé en grimpant cette voie en solo auto-assuré plus de cinquante fois pour posséder chaque mouvement à la perfection. Tout sauf de l’à peu-près, donc. Et un sacré challenge mental : « il faut 100% de confiance en soi » résume Brad.

Fin tragique

Le 27 novembre 2019, Brad Gobright se trouvait au Mexique, à El Potrero Chico.
L’accident est survenu durant l’ascension de la voie El Sendero Luminoso (15 longueurs, 7c, 500m), alors qu’il effectuait la descente en rappel, en simultané avec son compagnon de cordée Aiden Jacobson sur l’autre brin. Selon l’un des deux témoins de la scène (deux grimpeurs qui évoluaient plus haut), l’absence de noeud en bout de corde aurait entrainé les deux grimpeurs dans une chute, fatale pour Brad Gobright. Aiden Jacobson, dont la chute s’est terminée sur une vire intermédiaire, s’en tire avec quelques blessures.
Brad Gobright tire ainsi sa révérence, après avoir conquis en quelques années toute la communauté grimpante avec sa simplicité, sa gentillesse et son talent. Fidèle à lui-même, un quart d’heure après son arrivée à la falaise de Potrero, il avait commencé son séjour par le solo intégral de Yankee Clipper (15 longueurs, 7a+ max)…
Pour emprunter ses mots à Alex Honnold, profondément peiné par la perte de cet ami : « C’était vraiment un bon mec. Il n’y a pas grand chose de plus à dire. Je suis triste. Le monde de la grimpe vient de perdre une vraie lumière. Repose en paix. »

Palmarès :

2012 – Solo intégral de “Rostrum“ (5.11c/6c+, 240 m), son premier grand solo.

2015 (25 octobre) – Première ascension en solo intégral de “Hairstyles and Attitudes“ (5.12c/7b+), Eldorado Canyon, Boulder, Colorado.

2016 (15 juin) – “El Cap Triple“ (avec Scott Bennett à la jumar) : enchainement de trois grandes voies sur El Cap, en 23 heures et 10 minutes : “Zodiac“ (départ 14h, arrivée 19h45), le “Nose“ (départ 22h15, arrivée 04h25) et “Lurking Fear“ (départ 08h10, arrivée 13h45).

2017 (21 octobre) – Record de vitesse sur le “Nose“, El Capitan (Yosemite) avec Jim Reynolds en 2h 19mn 44s.

2017 (20 novembre) – “Dreefee“ (5.13d/8b) avec Ben Hanna, grande voie de 10 longueurs en trad, parmi les plus difficiles de Red Rocks, Nevada.

2018 (25 octobre) – 3e ascension en libre de la voie “El Corazon“ (900 m, 35 longueurs, crux en 8a) sur El Cap, après Alex Honnold et Tommy Caldwell, en 19 heures de grimpe non-stop (là où la majorité des cordées mettent 4 jours).

2019 (11 juin) – 2e ascension en libre de “Pineapple Express“ (VI 5.13c/8a+), avec Alex Honnold.

Brad Gobright dans les films Reel Rock :

The Nose Speed Record (2019)
Safety Third (2017)